Troubles alimentaires : comment les professionnels de la nutrition peuvent-ils aider ?

Les troubles alimentaires sont complexes et peuvent affecter chacun différemment, c'est pourquoi les diététiciens jouent un rôle essentiel dans l'accompagnement et la guérison d'un patient. Même si aucun patient n'est le même, il existe des moyens généraux par lesquels vous, en tant que professionnel de la nutrition, pouvez les soutenir sur le plan nutritionnel.

Les troubles du comportement alimentaire (TCA) sont un problème de santé grave et doivent être traités avec soin pour assurer un rétablissement complet. Étant donné que les TCA vont de pair avec l'apport nutritionnel et le régime alimentaire, il n'est pas surprenant que les diététiciens jouent un rôle essentiel dans leur prise en charge.

En tant que professionnel de la nutrition, vous pouvez travailler avec votre patient sur la reconnaissance de la faim et les signaux de satiété, l'aider à rétablir sa relation avec la nourriture et vous assurer qu'il reçoit la bonne quantité de calories et de nutriments grâce à des plans alimentaires personnalisés.

Ces choses, parmi beaucoup d'autres, font de votre rôle un aspect essentiel dans la prise en charge d'un patient. Mais comment pouvez-vous aider autrement et que devez-vous savoir avant de prendre en charge un patient TCA ?

Avant de discuter de la façon dont vous, en tant que diététicien, pouvez aider avec les TCA, comprenons ce qu'est un trouble du comportement alimentaire, ainsi que certains troubles courants que vous pouvez rencontrer.

Comprendre les troubles du comportement alimentaire

Un trouble du comportement alimentaire est défini comme une maladie mentale sérieuse, caractérisé par le fait que l'alimentation, l'exercice et le poids ou l'aspect du corps deviennent une préoccupation malsaine [11].

Bien que la cause exacte des troubles du comportement alimentaire soit inconnue, la recherche a trouvé quelques facteurs qui peuvent y contribuer.

  • La génétique Vos gênes peuvent jouer un rôle dans les TCA. Des études ont été menées sur des jumeaux et les résultats montrent que si l'un des jumeaux avait un trouble de l'alimentation, l'autre était 50% plus susceptible d'en développer un également [1].

  • La personnalité : Certains traits de personnalité (névrose, perfectionnisme et impulsivité) sont souvent liés à un risque plus élevé de développer un TCA [1].

  • La culture: Les pressions perçues de la société pour être mince, ainsi que les préférences culturelles pour la minceur et l'exposition aux médias sociaux peuvent conduire à un TCA [1, 2].

  • Structure et biologie du cerveau : Bien qu'ils n'aient pas fait l'objet d'études approfondies, quelques études suggèrent que les niveaux de sérotonine et de dopamine d'une personne peuvent être un facteur de développement de TCA [3].

Les types de troubles du comportement alimentaire

Les diététiciens doivent se familiariser avec les différents types de troubles du comportement alimentaire avant de tenter de traiter ou d'accompagner des patients. Bien qu'il existe de nombreux autres TCA, voici ceux qui sont le plus souvent observés et traités.

Anorexie Nerveuse

Il s'agit du trouble du comportement alimentaire le plus connu, les personnes se considérant comme en surpoids même lorsqu'elles sont dangereusement en sous-poids. Celle-ci a tendance à se développer à l'adolescence et au début de l'âge adulte et touche davantage les femmes que les hommes [4]. Les symptômes courants peuvent inclure :

  • Habitudes alimentaires restreintes ;
  • Peur intense de prendre du poids ;
  • Image corporelle déformée ;
  • Être en insuffisance pondérale sévère.

Les personnes atteintes d'anorexie mentale ont tendance à se restreindre en jeûnant, en faisant excessivement de l'exercice et/ou en adoptant un régime extrême. Si elles ne sont pas traitées, les os du patient affecté peuvent commencer à s'amincir, ses cheveux et ses ongles peuvent devenir cassants, et il peut souffrir d'infertilité, les cas les plus graves entraînant une insuffisance cardiaque, cérébrale et/ou multiviscérale [4].

Boulimie Nerveuse

Il s'agit d'un autre trouble du comportement alimentaire très connu, qui a également tendance à se développer tout au long de l'adolescence et du début de l'âge adulte. Les personnes atteintes de cette maladie mangent fréquemment de grandes quantités de nourriture en peu de temps jusqu'à ce qu'elles ressentent des douleurs. . Ils choisissent alors souvent de vomir pour soulager l'inconfort et perdre les calories qu'ils ont accumulées. Certains symptômes courants incluent :

  • Épisodes récurrents de frénésie alimentaire ;
  • Vomir de manière récurrente pour éviter toute prise de poids ou apport calorique ;
  • Estime de soi basée sur l'aspect du corps.

Ils éprouvent souvent de nombreux effets secondaires comme des maux de gorge, des inconforts intestinaux, une déshydratation et des troubles hormonaux [5]. De plus, les personnes touchées ont un risque plus élevé de causer des dommages permanents à leur estomac, leurs intestins et leur œsophage.

Trouble de l'hyperphagie boulimique

C'est l'un des troubles alimentaires les plus courants et il peut se développer tout au long de la vie. Les personnes concernées ont des symptômes similaires à ceux qui souffrent de boulimie, mais ne limitent pas les calories ou ne vomissent pas afin de compenser les crises de boulimie. Les symptômes courants incluent :

  • Mangez rapidement de grandes quantités de nourriture, sans ressentir de faim;
  • Sentiments de honte, de dégoût et de culpabilité en pensant au comportement ;
  • Aucune utilisation de compensation comme l'exercice excessif, les vomissements ou les laxatifs.

Les personnes atteintes de ce trouble sont souvent en surpoids ou obèses, ce qui peut augmenter leur risque de maladie cardiaque, d'accident vasculaire cérébral et de diabète de type 2 [6].

Pica

Ce trouble de l'alimentation consiste à manger des choses qui ne sont pas considérées comme de la nourriture, comme de la glace, de la craie, du savon, de la fécule de maïs et du papier.
Ceci est le plus souvent observé chez les enfants, les femmes enceintes et les personnes ayant un handicap mental [7]. Selon ce qu'ils ingèrent, cela pourrait être mortel ou causer des empoisonnements, des infections et des blessures internes.

Qu'elles-sont les qualifications nécessaires ?

Si vous souhaitez travailler avec des patients atteints de troubles du comportements alimentaires, il est recommandé d'obtenir un Diplôme Inter Universitaire(DIU) Troubles du comportement alimentaire. C'est le meilleur moyen de comprendre au mieux les besoins médicaux, thérapeutiques et nutritionnels des TCA afin de pouvoir fournir les meilleurs soins aux patients.

Comment les diététiciens peuvent-ils aider ?

Lorsque vous travaillez avec des patients qui souffrent d'un TCA, il est important que vous développiez une relation solide en raison de leur risque élevé de rechute.

Instaurer un sentiment de confiance entre vous et le patient est nécessaire pour s'assurer qu'il se sente en sécurité, soutenu et encouragé, tout en répondant à ses besoins nutritionnels et diététiques.

Voici quelques manières dont les diététiciens peuvent participer au traitement des troubles du comportement alimentaire et au processus de rétablissement.

1. Surveiller le poids

Une partie de la guérison des TCA comprend l'aide des diététiciens à restaurer un poids correct. Bien que cela soit différent pour chaque patient, la recherche a montré qu'un gain de poids de 200 à 300 g / semaine peut être bénéfique et aider à restaurer les menstruations [9].

Cependant, tous les patients ne se sentiront pas à l'aise de voir leur poids ; dans ce cas, vous pouvez les « peser à l'aveugle » en masquant le nombre sur la balance ou en les faisant monte sur la balance à l'envers. Bien que la surveillance du poids soit utile dans le processus de récupération, ce n'est pas le seul paramètre de réussite.

2. Créer des plans alimentaires personnalisés

Quel que soit le type de trouble du comportement alimentaire dont souffre votre patient, vous pouvez l'aider à atteindre ses besoins caloriques et nutritifs grâce à une planification collaborative des repas [8].

Lorsque vous travaillez sur un plan alimentaire personnalisé, pensez à demander à votre client de manger de petits repas fréquents contenant une variété d'aliments riches en fibres et en nutriments, en mettant éventuellement l'accent sur les acides gras [10].

Selon le patient, vous devrez peut-être recommander des compléments alimentaires pour répondre à ses besoins nutritionnels.

De plus, vous pourrez indiquer à votre patient d'éviter la caféine (car elle peut entraver l'appétit) et les aliments contenant du lactose, car cela peut causer des maux d'estomac. Cependant, ces recommandations dépendront des besoins de votre patient et de son TCA spécifique.

3. Normaliser les prises alimentaires

Les personnes souffrant d'un trouble du comportement alimentaire ont généralement de nombreuses pensées négatives sur la nourriture, donc en tant que diététicien, c'est votre travail d'aider vos patients à commencer à identifier « la nourriture comme carburant » plutôt que « la nourriture comme ennemi », et comprendre les ressentis physiologiques comme la faim et les signaux de satiété.

Étant donné que de nombreuses personnes atteintes de troubles du comportement alimentaire ressentent de la culpabilité ou de la honte vis-à-vis de certains aliments, vous pouvez aider vos patients à réaliser que la nourriture procure de la subsistance et du plaisir en encourageant l'idée que "tout les aliments sont bons".

Au fur et à mesure que vos séances progressent, vous pouvez également aider votre patient à se sentir plus à l'aise avec les activités liées à l'alimentation (comme la cuisine, l'épicerie ou les sorties au restaurant).

4. Travailler avec d'autres professionnels de santé

Selon la gravité du TCA, votre patient peut nécessiter différents niveaux de soins et de traitement, comme un traitement en milieu hospitalier, un traitement en établissement, une hospitalisation partielle ou un traitement ambulatoire.

En tant que diététicien, vous collaborerez avec d'autres professionnels de santé pour vous assurer que les besoins de votre client sont satisfaits. Ces besoins peuvent aller de soins constants 24 heures sur 24, de séances de quelques heures par jour ou même de séances une fois par semaine.

Résumé

Les troubles du comportement alimentaire sont complexes et peuvent affecter chacun différemment. Les diététiciens jouent un rôle essentiel dans le plan de traitement et de guérison des TCA en aidant les patients à rétablir une relation saine avec la nourriture, à normaliser leurs prises alimentaires et à rétablir leur poids. Ces choses, parmi beaucoup d'autres, font de votre rôle un aspect vital pour ceux qui souffrent de TCA, et avec votre aide, ils peuvent se rétablir complètement.


Nous nous efforçons toujours de vous apporter le meilleur contenu nutritionnel, nous accueillons donc toutes les suggestions ou commentaires que vous pourriez avoir ! N'hésitez pas à nous écrire à info@nutrium.com.

Vous n'avez pas encore essayé Nutrium ? C'est le moment ! Vous pouvez essayer Nutrium gratuitement pendant 14 jours et tester toutes ses fonctionnalités, des rendez-vous aux plans alimentaires, en passant par l'analyse nutritionnelle, la vidéoconférence, un site Web et un blog, des applications mobiles professionnelles et patients, et plus encore ! Essayez maintenant gratuitement!

References:

  1. Culbert, K. M., Racine, S. E., & Klump, K. L. (2015). Research Review: What we have learned about the causes of eating disorders - a synthesis of sociocultural, psychological, and biological research. Journal of child psychology and psychiatry, and allied disciplines, 56(11), 1141–1164.

  2. Keel, P. K., & Klump, K. L. (2003). Are eating disorders culture-bound syndromes? Implications for conceptualizing their etiology. Psychological bulletin, 129(5), 747–769.

  3. Marsh, R., Stefan, M., Bansal, R., Hao, X., Walsh, T., Peterson, B. (2013). Anatomical Characteristics of the Cerebral Surface in Bulimia Nervosa. Biological Psychiatry, 77(7), 616-623.

  4. Nagl, M., Jacobi, C., Paul, M., Beesdo-Baum, K., Höfler, M., Lieb, R., & Wittchen, H. U. (2016). Prevalence, incidence, and natural course of anorexia and bulimia nervosa among adolescents and young adults. European child & adolescent psychiatry, 25(8), 903–918.

  5. NIMH Information and Publications/ (2021). Eating Disorders. National Institute of Mental Health.

  6. Kyrou, I., Randeva, H. S., Tsigos, C., Kaltsas, G., & Weickert, M. O. (2018). Clinical Problems Caused by Obesity.

  7. Advani, S., Kochhar, G., Chachra, S., & Dhawan, P. (2014). Eating everything except food (PICA): A rare case report and review. Journal of International Society of Preventive & Community Dentistry, 4(1), 1–4.

  8. Ozier, A. D., Henry, B. W., & American Dietetic Association (2011). Position of the American Dietetic Association: nutrition intervention in the treatment of eating disorders. Journal of the American Dietetic Association, 111(8), 1236–1241.

  9. Halmi KA. Classification, diagnosis and comorbidities of eating disorders: a review. In: Maj M, Halmi K, Lopez-Ibor JJ, Sartorius N, eds. Eating Disorders. Vol 6. England: John Wiley and Sons Ltd; 2003:1-33.

  10. American Dietetic Association. Nutrition Care Manual. Anorexia nervosa: nutrition prescription. Accessed January 14, 2022

  11. Eating disorders explained. Eating Disorders Victoria. (2021, July 8). Retrieved January 14, 2022.