Se lancer en tant que diététicien libéral et ouvrir son propre cabinet | Partie 1

Marie Muller est diététicienne nutritionniste au Mans. Elle a terminé son BTS en 2016 et s'est lancée en libéral quelque temps après. Nous l'avons invité a partagé son expérience en tant qu'entrepreneuse et a listé le pas a pas pour se lancer, de la création de son entreprise à l'ouverture du cabinet.

Cet article est le premier d'un ensemble de 5 articles dans lesquels Marie nous explique tout le nécessaire à la réussite en tant que diététicien nutritionniste en libéral !

  • Partie 1 : Lancer son entreprise
  • Partie 2 : Trouver le bon endroit
  • Partie 3 : Ameublement et décoration
  • Partie 4 : Se rendre visible
  • Partie 5 : Ouverture du cabinet

Travailler dans le domaine de la nutrition clinique est le rêve d'une grande partie des diététiciens. Pour ceux qui souhaitent se lancer en libéral et avoir leur propre espace, il est important de bien s'informer et de respecter des étapes nécessaires au succès de ce projet.

Après la fin des études, la décision est prise, j’ouvre mon propre cabinet ! Mais par où dois-je commencer ?

Lancer son entreprise

Sur le papier, cela à l’air très compliqué… Mais il faut simplement prendre les choses dans l’ordre :

1 - Se former au monde de l’entreprenariat

C’est une partie qui, malheureusement, est abordée de manière trop succincte lors de nos études. Alors pour faire les bons choix, il est essentiel d’être correctement informé sur toutes les possibilités qui s’offre à vous. Et surtout, d’en connaitre le fonctionnement et les rouages.

Pour cela, vous pouvez suivre des formations auprès de la CCI (Chambre de Commerce et de l’Industrie) de votre ville. Il propose une formation complète sur les différents types d’entreprises et sociétés, pour identifier plus facilement vos besoins et le statut qui vous correspond.

Puis il vous accompagne lors d’une formation plus précise, sur le statut que vous avez choisi, pour toutes les démarches administratives. Vous pouvez même bénéficier d’un suivi gratuit avec un conseiller, pour vous aider à monter et à développer votre entreprise.

Etre bien conseillé, c’est la clé pour réussir !

2 - Construire son Business plan

Un business plan, c’est un dossier qui contient votre stratégie financière et commerciale pour mener à bien votre projet. À quoi ça sert ? À vous organiser, à savoir où vous aller et comment vous allez y parvenir.

Il permet de mieux vous adapter à la demande et d’anticiper une partie des difficultés que vous allez rencontrer. Il sera également un très bon atout pour la création de votre communication, afin de faire connaître
votre cabinet.

Comment le créer ? On peut fouiner sur internet, il y’a quelques exemples de business plan ! Mais je peux vous conseiller un outil très pratique que j’ai moi-même utilisé : le module CCI Business Builder. Il est disponible gratuitement sur internet et vous aide à créer de A à Z votre business plan. Vous avez même un conseillé en ligne qui vous aide à le remplir.

Vous pouvez également en parler avec votre conseillé CCI, qui vous aidera à le construire et à le corriger si nécessaire.

3 - Choisir le statut de son entreprise

Ce statut définira les règles auxquelles vous serrez soumis pendant toute la durée de votre exercice.

Vous pourrez le faire évoluer ou le changer, si vous le souhaitez. Le plus recommandé lorsque l’on débute dans la création d’entreprise c’est la micro-entreprise (l’auto-entrepreneurariat).

Alors pourquoi ce statut et pas un autre ? Tout simplement parce qu’il est très facile d’utilisation, que ce soit au point de vue des démarches administratives ou de la comptabilité (ce qui peut faire peur lorsque l’on démarre).

C’est un statut qui est recommandé pour les professions libérales car vous n’avez pas besoin de capital de départ, ni d’un prêt auprès d’une banque.

Il demande peu de frais et laisse beaucoup de liberté, il est donc idéal pour se tester ! À savoir qu’il a la particularité d’avoir un plafond pour votre chiffre d’affaire de 72 600 € par an. Au delà de cette somme, vous changerez automatiquement de statut juridique.

4 - Entreprendre les démarches administratives

Une fois votre business plan établi et le statut de votre entreprise fixé, il n’y a plus qu’à lancer les démarches. Mais quelles sont-elles ?

Je m’inscris sur Pôle Emploi, pour bénéficier des aides à la création d’entreprise. Il y’a deux aides sont disponibles :

Vous avez donc l’assurance d’avoir un minimum de salaire, peut importe votre chiffre d’affaire.

Je m’inscris auprès de l’ARS (Agence Régionale de Santé), pour obtenir mon numéro ADELI.

Ce numéro correspond à votre référencent en tant que professionnel de santé, il est indispensable pour être reconnu et doit être obligatoirement mentionné sur vos factures (pour le remboursement des mutuelles).

Il vous suffit simplement de vous présenter dans l’ARS de votre région, muni de votre diplôme.

Je m’inscris auprès de l’lNSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Économiques) et de l’URSAFF (Union de Recouvrement des Cotisations de Sécurité sociales et d’Allocations Familiales).

Cette démarche se fait directement sur le site Autoentrepreneur, dans la rubrique : « Créer mon auto-entreprise ». Tout est guidé et automatisé, vous avez simplement à répondre à toutes les questions du formulaire.

Lorsque vous complétez ce formulaire, il faudra sélectionner l’option choisie pour votre imposition. Vous avez 2 possibilités :

  • Payer vos impôts de façon classique : avec une déclaration à la fin de l’année (possibilité de prélèvement à la source).
  • Opter pour versement forfaitaire libératoire : celui-ci sera directement déduis lors de vos versements de cotisations auprès de l’URSSAF.

La deuxième option étant forfaitaire, le prélèvement ne pourra pas être remboursé si vous n’êtes finalement pas imposable sur l’année. Le choix reste du cas par cas, à vous de choisir l’option qui vous correspond le mieux.

Une fois rempli, vous obtenez votre certificat d’inscription au répertoire des entreprises et des établissements.

Grâce à ce certificat, vous pouvez dès à présent commencer à exercer. Au bout d’un mois, vous recevez le papier officiel avec votre numéro de SIRET, qui est l’immatriculation de votre entreprise.

Je dépose ma demande pour l’ACRE (Aide à la création ou à la Reprise d’une Entreprise)

Cette aide vous permet d’être exonéré d’une partie de vos impôts à la création de votre entreprise, ce qui n’est pas négligeable lors d’un démarrage !

Vous devez vous rendre également sur le site Autoentrepreneur et remplir le formulaire « Demande de l’aide à la création et à la reprise d’une entreprise (ACRE) ». Attention, cette demande doit-être faite 45 jours maximum après le dépôts de votre dossier de création d’entreprise.

Les personnes éligible à cette aide sont :

  • Les demandeurs d'emploi indemnisés ;
  • Les demandeurs d'emploi non indemnisés inscrits comme demandeurs d'emploi six mois au cours des dix-huit derniers mois ;
  • Les bénéficiaires de l'allocation de solidarité spécifique ou du revenu de solidarité active ;
  • Les personnes âgées de 18 ans à moins de 26 ans ;
  • Les personnes de moins de 30 ans handicapées ou qui ne remplissent pas la condition de durée d'activité antérieure pour ouvrir des droits à l'allocation d'assurance ;
  • Les personnes salariées ou les personnes licenciées d'une entreprise soumise à l'une des procédures de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaires qui reprennent tout ou partie d'une entreprise ;
  • Les personnes ayant conclu un contrat d'appui au projet d'entreprise
  • Les personnes physiques créant ou reprenant une entreprise implantée au sein d'un quartier prioritaire de la politique de la ville ;
  • Les bénéficiaires du complément de libre choix d'activité.

Une fois toute cette paperasse terminée, vous allez pouvoir vous mettre à la recherche de votre futur cabinet !

Rendez-vous sur le prochain article dans lequel nous parlerons des points importants pour trouver le bon endroit pour votre cabinet !